Plus de 6000 livres audio gratuits !


Rendre accessibles à tous les joies de la littérature : tel est le but de ce site internet, créé au sein de l'association Des Livres à Lire et à Entendre.

Nos livres audio sont gratuits et téléchargeables au format mp3 pour que vous puissiez les écouter partout, par exemple sur votre baladeur numérique.

Pensez à remercier les donneurs de voix, qui sont bénévoles, et n'hésitez pas à écrire un petit mot sur notre livre d'or ! Bonne visite à tous.


Du mal à choisir ? Consultez nos classements !


Afin de vous aider à choisir des livres audio dans notre vaste bibliothèque, retrouvez ici (à titre indicatif) les liens vers nos différents classements :

- Nos livres audio par donneur/donneuse de voix
- Nos livres audio les plus appréciés
- Nos livres audio les plus vus


À Découvrir :
MALLARMÉ, Stéphane – Divagations (Sélection)

Donneur de voix : Vincent Planchon | Durée : 16min | Genre : Poésie


Stéphane Mallarmé âgé

Une sélection de courts textes poétiques composés par Stéphane Mallarmé (1842-1898).

« Le Silence ! il est certain qu’à mon côté, ainsi que songes, étendue dans un bercement de promenade sous les roues assoupissant l’interjection de fleurs, toute femme, et j’en sais une qui voit clair ici, m’exempte de l’effort à proférer un vocable [...] »

La Déclaration foraine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 588 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
BULWER-LYTTON, Edward – Les Derniers Jours de Pompéi (Troisième livre)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 15min | Genre : Romans


Dame romaine à sa toilette

« L’intrigue se noue », annonce le dernier titre des onze chapitres :

1. Le forum des Pompéiens. – Ébauche du premier mécanisme au moyen duquel la nouvelle ère du monde fut préparée
2. Excursion matinale sur les mers de la Campanie
3. La réunion religieuse
4. Le courant de l’amour poursuit sa route : où va-t-il ?
5. Nydia rencontre Julia. – Entrevue de la sœur païenne et du frère converti. – Notions d’un Athénien sur le christianisme
6. Le portier. – La jeune fille et le gladiateur
7. Cabinet de toilette d’une Pompéienne. Conversation importante entre Julia et Nydia
8. Julia visite Arbacès. – Le résultat de cette entrevue
9. Un orage dans les pays chauds. La caverne de la magicienne
10. Le seigneur de la Ceinture flamboyante, et sa confidente. Le destin écrit sa prophétie en lettres rouges, mais qui pourra le lire ?
11. Marche des événements. – L’intrigue se noue. La trame s’ourdit, mais le filet change de main.

Traduction : Hippolyte Lucas (1807-1878).

Illustration : Simeon Solomon (1840-1905), Dame romaine à sa toilette.

Accéder au sommaire de Les Derniers Jours de Pompéi

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 22 422 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MULLEM, Louis – La Philanthropophagie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Contes


Charles E. Gordon Frazer - Fête cannibale sur l'île de Tanna

Auriez-vous envie de vivre dans ce pays, imaginé par Louis Mullem (1830-1902) dans un de ses Contes d’Amérique : La Philanthropophagie ?

« Assurer l’approvisionnement autophagique et national, telle était, poursuit-elle, la préoccupation dominante du législateur. En conséquence, tout indigène était tenu de mourir pour son pays et cette clause, prise à la lettre, n’affectait pas, comme ailleurs, un sens de détachement et de vaines protestations platoniques. On mourait, mangeable, à quarante ans révolus, époque où dans la pleine maturité des chairs l’âme s’éteint volontiers aux illusions.
L’inutile fardeau de la vieillesse fut ainsi supprimé, sauf pour la caste des administrateurs chargés du souci gouvernemental, sorte d’aristocratie sénatoriale formée, cela va de soi, par le notable et ses associés. »

Illustration : Charles E. Gordon Frazer, Fête cannibale sur l’île de Tanna, Nouvelles Hébrides.

La Philanthropophagie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 77 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARONCELLI, Folco (de) – Babali

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


La Coiffe comtadine

Folco de Baroncelli-Javon (1er novembre 1869 à Aix-en-Provence – 15 décembre 1943 à Avignon) est un écrivain et un manadier camarguais, disciple de Frédéric Mistral et tenant du Félibrige. « Inventeur » de la Camargue, il en a exploité des traditions avérées et en a instauré de nouvelles.
Il passe son enfance au château de Bellecôte près de Nîmes où il fait ses études. Nîmes est alors ville taurine et capitale des félibres ; il y rencontre Roumanille et, en 1889, Mistral. Dès 1890, il publie en provençal un premier ouvrage, Babali, et, l’année suivante, il fonde avec Mistral le journal L’Aiòli, avant d’être appelé au service militaire.
Folco de Baroncelli a contribué à transformer la Camargue, jusque là étendue sauvage et désolée, en une nature ordonnée et apprivoisée, devenue parc naturel et l’une des destinations de vacances les plus courues.

Babali était une jeune brosseuse d’indienne dans une fabrique de tissus provençaux. Elle était adroite, toujours contente, toujours gaie et souriante. Pour jouer, pour courir, pour faire la farandole, elle était toujours la première. Un jour, elle rencontre un beau gardian qui amenait un groupe de taureaux à une abrivado (taureaux, entourés de gardians, parcourant les rues de la ville, jusqu’aux Arènes, pour la course du lendemain), à Avignon.

Illustration : Coiffe avignonnaise, photo de Jean-Louis Zimmerman (licence Cc-By-2.0).

Babali.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 188 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERGERAT, Émile – L’Horreur humaine – Scipion Garsoulas – L’Enfant perdu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 49min | Genre : Contes


Honoré Daumier - Le Ventre législatif

Trois nouveaux Contes de Caliban d’Émile Bergerat (1845-1923) à ajouter aux 25 déjà parus.

Conte tragique : L’Horreur humaine
« Ordre de l’état-major allemand. Les habitants de la commune ont un quart d’heure pour se réunir tous dans leur église paroissiale, faute de quoi les meubles, immeubles et récoltes seront livrés à l’incendie. Les femmes et les enfants, exceptés seuls de la mesure, pourront se réfugier au château, mais sans leurs animaux domestiques. »

Conte facétieux : Scipion Garsoulas
« Vous a-t-il été donné d’assister à la séance mémorable où Scipion Garsoulas, député de Provence, obtint le plus beau succès d’hilarité parlementaire que l’histoire du suffrage universel disputera un jour à celle de la gaieté française ? Ce fut prodigieux, on se pâmait sur tous les bancs, le Palais-Bourbon ondulait de rire. »

Conte féerique et rustique : L’Enfant perdu
« Et, cependant, elle est toujours triste.
Nul ne peut se vanter de l’avoir vue une seule fois rire ou chanter au rouet, et non seulement depuis la mort d’Eyrnaud, son mari, mais même auparavant. Une ride, creuse comme une ornière, lui fait deux fronts sous un seul bonnet. Et ils ne savent pas, les gars, ils n’ont jamais su la cause de sa mélancolie. Eyrnaud non plus, ne l’a pas sue, le pauvre cher homme ! »

Illustration : Honoré Daumier, Le Ventre législatif (1834).

> Écouter un extrait : L’Horreur humaine.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 296 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – L’Étoile

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Earth in space (1903)

Une étoile apparaît dans le ciel, qui se précipite sur la planète Neptune, et se rapproche à une vitesse vertigineuse de la Terre. Sur celle-ci, les femmes et les hommes de tous les continents observent, s’interrogent, s’inquiètent. Puis se succèdent changements climatiques, tremblements de terre, éruptions volcaniques, fonte des neiges, innondations… Que restera-t-il de notre monde après le passage de cette étoile ? Et qu’en saura-t-on depuis Mars ?
Cette courte nouvelle d’H.G. Wells, à la frontière de la science et du fantastique, a été publiée en 1897. Elle est accompagnée par des Préludes de Debussy, et disponible en deux versions, avec et sans accompagnement sonore.

Traduction : Henry-David Davray (1873-1944).

Illustration : An artist’s view of the earth, The Booklovers Magazine (1903).

Licence Creative Commons

L’Étoile (avec accompagnement musical).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 350 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Un songe

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Mihály Munkácsy - Étude pour « Le Prêteur sur gage »

Un songe
« Je viens d’avouer qu’il m’arrivait de m’endormir sous l’obsession de pensées et de rêveries indéfinissables. Je dormais beaucoup d’habitude, et les songes jouaient un rôle important dans ma vie ; toutes les nuits j’avais des rêves. Je ne les oubliais point, je leur prêtais une signification, je les prenais pour des avertissements, et je m’efforçais de pénétrer leur sens mystérieux ; quelques-uns de ces songes se répétèrent à plusieurs reprises, ce qui m’a toujours surpris et paru très étrange. Voici le rêve qui m’impressionna le plus vivement… »

La quête de ce père « biologique » est le sujet de cette nouvelle attachante qui nous fait comprendre le drame intime d’une mère violée communiquant difficilement avec son fils unique à qui Un songe a appris la vérité.
Ce récit, écrit à la première personne, n’est pas autobiographique car Tourgueniev avait deux frères et ne perdit pas son père à 7 ans…

Traduction : Michel Delines (1851-1914).

Illustration : Mihály Munkácsy, Étude pour « Le Prêteur sur gage » (1874).

Un songe.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 370 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AHIKAR – Les Gâteaux de chien

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Les Gâteaux de chien

« Ma cousine arriva en courant et dit à sa mère devant tout le monde : « Maman, pourquoi tu nous fais manger des gâteaux pour chien ? » Ma tante gênée répliqua aussitôt : « Mais voyons, Charlotte, qu’est-ce que tu racontes ? Personne ne te fait manger des gâteaux pour chien. » Charlotte ouvrit la main et déposa sur la table quelques petits gâteaux secs. « Et ça ! cria-t-elle. — Voyons Charlotte, calme-toi, dit ma tante de plus en plus gênée… Et qu’est-ce que tu racontes ? C’est ça que tu appelles des gâteaux pour chien ? — David m’a dit qu’ils ne les mangeaient pas, ils les achetaient uniquement pour le chien. » Ma tante était cramoisie. Pour cacher sa gêne, elle prit un petit gâteau et le porta à sa bouche. [...] »

Les Gâteaux de chien.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 622 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Divagations sur le meurtre – En écoutant la rue – L’École de l’assassinat

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Honoré Daumier - L'Omnibus

En sept ans Octave Mirbeau a gardé la même opinion sur le comportement de l’homme.

Divagations sur le meurtre (Le Journal, 1896)
« La joie, la vraie et puissante joie du meurtre est en lui… Et moi-même !… »

En écoutant la rue (L’Écho de Paris, 1893)
« Je suis persuadé qu’il existe dans la nature une force mystérieuse pour nous, une force que nous ne connaissons pas encore – car,  que connaissons-nous ?  -, une force qui n’est peut-être, après tout, que la Vie, et contre laquelle, à de certains moments d’excessive épouvante, se brise le génie destructeur de l’homme… La Vie aime la Mort, elle a besoin de la Mort, comme la terre de fumier, puisque c’est de la Mort qu’elle tire chaque jour, à toute heure, son renouveau de jeunesse et ses énergies de fécondité. Mais elle est plus forte que la Mort. Elle la dirige, la maintient, la contient dans un équilibre constant et dans une parfaite harmonie. »

L’École de l’assassinat (Le Figaro, 1889)
« Le besoin de tuer naît chez l’homme avec le besoin de manger et se confond avec lui. Ce besoin instinctif, qui est la base, le moteur de tous les organismes vivants, l’éducation le développe au lieu de le réfréner ; les religions le sanctifient au lieu de le maudire ; tout se coalise pour en faire le pivot sur lequel tourne la société. Dès que l’homme s’éveille à la conscience. »

Illustration : Honoré Daumier, L’Omnibus (1864).

> Écouter un extrait : Divagations sur le meurtre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 605 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Relation de la mort du Chevalier de La Barre

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 52min | Genre : Essais


Chevalier de La Barre

La triste « affaire du Chevalier de La Barre » est ici traitée avec tout le talent de plume et les convictions de Voltaire.

Avertissement des éditeurs :

« Nous nous permettrons quelques réflexions sur l’horrible événement d’Abbeville, qui, sans les courageuses réclamations de M. de Voltaire et de quelques hommes de lettres, eût couvert d’opprobre la nation française aux yeux de tous ceux des peuples de l’Europe qui ont secoué le joug des superstitions monacales.
[...]
Il n’existe point en France de loi qui prononce la peine de mort contre aucune des actions imputées au chevalier de La Barre.
[...]
D’ailleurs la loi porte : « et autres actes scandaleux et séditieux », et non pas, scandaleux ou séditieux.
[...]
Il est donc trop vrai que le chevalier de La Barre a péri sur un échafaud parce que les juges n’ont pas entendu la différence d’une particule disjonctive à une particule conjonctive. »

Citation :
« On a voulu faire périr, par un supplice réservé aux empoisonneurs et aux parricides, des enfants accusés d’avoir chanté d’anciennes chansons blasphématoires, et cela même a fait prononcer plus de cent mille blasphèmes. Vous ne sauriez croire, monsieur, combien cet événement rend notre religion catholique romaine exécrable à tous les étrangers. Les juges disent que la politique les a forcés à en user ainsi. Quelle politique imbécile et barbare ! Ah ! monsieur, quel crime horrible contre la justice de prononcer un jugement par politique, surtout un jugement de mort ! et encore de quelle mort ! » Voltaire

Illustration : Le Chevalier de la Barre, à Paris, au pied du Sacré-cœur de Montmartre (1906).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Avertissement.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 682 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :